[Tribune] Sahel : diplomatie religieuse tous azimuts

0
72

Au Sahel désormais, le facteur islamique est un levier de politique étrangère, et même les puissances occidentales ont fini par se convertir à la diplomatie religieuse.


Depuis plusieurs années maintenant, au Sahel, les logiques d’influence religieuse sont venues mitiger les logiques de puissance traditionnelle, n’en déplaise à ceux qui pensaient que leur supériorité militaire leur garantirait une hégémonie.

Ce constat n’est pas véritablement nouveau. Bien avant l’intensification de la crise sahélienne, à partir de 2012, l’implication des monarchies pétrolières dans le financement des ONG islamiques avait déjà alerté sur l’expansion d’un islam radical et sur les risques induits.

N’a-t-il pas fallu l’intervention du Croissant rouge qatari pour que les jihadistes autorisent les convois humanitaires à entrer dans Tombouctou ?

Depuis, l’influence de l’Arabie saoudite et du Qatar ne s’est jamais démentie, même au plus fort de la crise malienne. N’a-t-il pas fallu l’intervention du Croissant rouge qatari pour que les jihadistes autorisent les convois

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici