[Tribune] Le Gabon doit marquer le « coup »

0
39
Par

Docteur en sciences politiques. Enseignant et chercheur en relations internationales et études de sécurité

Des gardes postés devant les bâtiments du gouvernement à Libreville, le 6 septembre 2016. © STR/AP/SIPA

Visé par une tentative de coup d’État début janvier, le Gabon devrait se servir de cet événement comme catalyseur d’une nouvelle dynamique politique, selon Oswald Padonou.


Lundi 7 janvier 2019… L’Afrique se réveille avec l’annonce d’un coup d’État au Gabon qui finalement a tout d’un simple coup d’éclat. Aux commandes de sa minuscule troupe, le lieutenant Kelly Ondo Obiang a eu le loisir d’annoncer des « mesures » sur les ondes de la radio nationale avant d’être appréhendé.

Jusqu’ici détenue par le Burkina Faso pour l’hallucinante tentative de putsch du général Gilbert Diendéré, en 2015, la palme du « coup d’État le plus bête du monde » revient désormais au Gabon, selon de nombreux internautes. C’est dire si l’opinion africaine a rigolé de ce fameux coup… mais pas l’Union africaine (UA).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici