[Tribune] La digue et la démocratie

0
100

Élire un bon « maître de la digue », capable de nous protéger contre les ravages du changement climatique, est aujourd’hui crucial et un pilier de la démocratie.


L’autre jour, me promenant par beau temps sur une des digues qui morcellent joliment le paysage de la Hollande, je suis tombé sur trois hommes qui s’affairaient au ras du sol avec quantité d’instruments de haute technologie. Renseignements pris, il s’agissait d’un dijkgraaf et de ses acolytes qui mesuraient les paramètres de l’ouvrage d’art, en particulier son humidité. Si la digue est trop sèche, elle menace de s’effriter puis de s’effondrer, entraînant une inondation potentiellement catastrophique.

Vous me demandez ce qu’est un dijkgraaf. Eh bien, c’est le « maître de la digue ». Cette fonction trouve son origine au Moyen Âge, et voici un détail fascinant que peu de gens connaissent : la démocratie moderne est née à cette époque, autour du dijkgraaf.

Comment ça ? me dites-vous. Ce n’est pas la bande à Rousseau et Montesquieu qui a inventé la démocratie ? Certes, ce sont eux (sans

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici