Tchad: les fonctionnaires grévistes rejettent les propositions du pouvoir

0
137

Par RFI

Vue de Ndjamena, le 15 août 2017.
© Xaume Olleros / AFP

Au Tchad, les salariés de la fonction publique disent non aux propositions de sortie de crise du cabinet présidentiel et continuent leur grève, entamée lundi 28 mai. Ils réclament le paiement de leur salaire intégral – avec les primes et indemnités supprimées depuis le mois de janvier – comme promis. Afin de tenter de sortir de la crise le plus rapidement possible, la présidence avait fait quatre propositions ce mardi, dont des compensations en nature.

Sur les quatre propositions de la présidence, deux concernent directement la fonction publique. Le gouvernement s'engage à signer à partir de maintenant des arrêtés d'avancement et de reclassement des fonctionnaires. Mais comme le pays est toujours en crise, ces arrêtés ne seront exécutés financièrement qu'à partir de 2019.

Deuxième proposition, et c'est sans doute la plus importante, le pouvoir tchadien propose aux fonctionnaires des compensations en nature pour les primes et indemnités prélevées sur leurs salaires depuis début 2018. Qu'est-ce qui se cache derrière ce mot ? Rien de précis n'a été dit pour le moment, mais il y a environ 25 ans et dans des circonstances similaires, le gouvernement tchadien leur avait distribué des terrains à bâtir.

Les deux dernières propositions concernent la gouvernance et l'assainissement des finances publiques, comme pointé par les syndicats. Le pouvoir propose de mettre en place une équipe mixte chargée de nettoyer certaines régies tchadiennes, comme celle chargée de payer les salaires des fonctionnaires et il promet d'accélérer l'audit des diplômes.

Des propositions rejetées en bloc par les syndicats

Les fonctionnaires tchadiens se sont réunis ce mercredi matin en assemblée générale à Ndjamena. Ils y ont décidé de rejeter « toutes les propositions qui ont été faites par le cabinet du président de la République », rapporte Michel Barka, le porte-parole de plate-forme revendicative. Pour eux, il s’agit d’une diversion. Ils estiment qu'aucune réponse n'a été apportée à leur principale revendication, « le paiement intégral de leurs salaires ». Les fonctionnaires « ne reculeront pas tant que leur salaire intégral ne sera pas payé ».

Quant à la position des syndicats sur la compensation en nature, leur porte-parole la résume ainsi : « Nous avons travaillé pour des salaires, nous voulons de l'argent ».Ils ont donc décidé de poursuivre leur mouvement de grève en attendant une solution.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici