Tanzanie : Un élève de 13 ans battu à mort par son enseignant

0
53

Plusieurs associations ont exhorté le gouvernement tanzanien à revoir les châtiments corporels dans les écoles après la mort d’un élève de 13 ans battu par son enseignant.

Sperius Eradius, élève en 5e année dans une école primaire de la province de Kagera, est décédé le 27 août, quelques jours après sa punition, au motif qu’il avait subtilisé le sac à main d’une maîtresse.

Le ministre de la Santé, Ummy Mwalimu a dénoncé cet acte et des enquêtes ont déjà été ouvertes. Le décès de Sperius a provoqué un débat sur les châtiments corporels, encore en vigueur dans les écoles tanzaniennes.

« Nous ne pouvons pas attendre. Les enfants ont des droits humains. Nous ne pouvons pas attendre qu’ils meurent pour changer les choses », a déclaré Sonia Vohito, coordinatrice du projet Afrique, Global Initiative to End All Corporel Punishment of Children. « Nous avons besoin d’une volonté politique. Les autorités doivent agir en chef de file.»

L’Association tanzanienne des femmes des médias (Tamwa) a déclaré qu’elle espère que cet incident marquera la fin des violences dans les écoles. Elle a rappelé qu’en 2016, une adolescente dans le sud du pays avait été tabassée à tour de rôle par quatre enseignants, après avoir été forcée d’enlever ses sous-vêtements.

La Tanzanie est l’un des rares pays africains où les châtiments corporels sont toujours pratiqués. Le président John Magufuli soutient le châtiment des enfants dans les écoles.

Les enseignants sont autorisés à frapper un élève jusqu’à quatre fois sur les mains ou les fesses à l’aide d’une baguette légère et souple. Seules les enseignantes ont le droit de frapper les filles. Tous les cas de châtiments corporels doivent être enregistrés.

Mais selon les groupes de défense des droits de l’homme, ces consignes sont irraisonnables. « Cela conduit à un certain nombre de violations des droits de l’homme », a déclaré le Centre juridique et des droits de l’homme (LHRC), une ONG tanzanienne.

« L’école est censée être un endroit très sûr pour que les élèves puissent profiter de leur droit fondamental à l’éducation », a précisé le LHRC dans un communiqué.

Les recherches menées par Human Rights Watch ont révélé une violence et un harcèlement généralisés dans les écoles. Les enfants ont déclaré avoir été battus pour leur retard, même s’ils avaient marché pendant des heures pour se rendre à l’école ou pour ne pas avoir répondu correctement aux questions.

Crédit photo : voaafrique

Tanzanie : Un élève de 13 ans battu à mort par son enseignant

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport.
paulegaelle@afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici