Tanzanie – Aérien : John Magufuli brise les ailes de Fastjet

0
36

L’effondrement du cours des matières premières était déjà venu affecter les résultats de la compagnie. Le coup de grâce a été donné par le président de la République, John Magufuli, qui n’a cessé de faire obstruction au bon fonctionnement de la compagnie.


Lancée en 2012 en Tanzanie par Stelios Haji-Ioannou, fondateur d’EasyJet, et cotée à Londres, la compagnie à bas coût Fastjet s’est résolue fin novembre à quitter le pays, qui représentait 60 % de son activité. La filiale du transporteur présidé par Nico Bezuidenhout et encore actif en Afrique du Sud, au Mozambique, au Zimbabwe et en Zambie, va être cédée au management local pour 1 dollar symbolique.

Ce dernier aura toujours le droit d’exploiter la marque Fastjet, très populaire dans le pays, mais devra trouver lui-même les fonds et les appareils nécessaires. « Potentiellement, la Tanzanie était un marché très lucratif, un vaste territoire avec une population importante, peu d’infrastructures terrestres, beaucoup de tourisme et d’activités minières, une situation idéale pour l’aviation », indique Sylvain Bosc, directeur commercial de Fastjet.

Le coup de grâce

L’effondrement du cours

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici