Somalie : Une gamine de 10 ans décède après une mutilation génitale

0
81

Une fillette de 10 ans, victime de mutilation génitale est décédée d’une hémorragie. Il s’agit d’un rare décès confirmé dans ce pays où la pratique est la plus répandue au monde.

La fille est décédé le 14 juillet dernier, deux jours après que sa mère l’a emmenée chez une exciseuse traditionnelle dans un village éloigné de la ville de Dhusamareb, rapporte Reuters.

« L’exciseuse est soupçonnée d’avoir coupé une veine importante au cours de l’opération », a déclaré Hawa Aden Mohamed, directrice du Centre d’éducation de Galkayo pour la paix et le développement (GECPD), un groupe local de défense des droits des femmes.

« La femme qui a effectué l’opération n’a pas été arrêtée et même si cela devait arriver, il n’y a pas de loi qui assurerait qu’elle soit punie pour l’acte. Ce n’est que l’un des nombreux cas qui se produisent au quotidien en Somalie »’ a-t-elle ajouté.

Les Nations unies estiment à 200 millions le nombre de filles et de femmes dans le monde ayant subi une mutilation génitale.

Ce rituel antique, pratiqué dans au moins 27 pays africains et dans certaines parties de l’Asie et du Moyen-Orient, est généralement effectué par des exciseuses traditionnels à l’aide d’une lame ou un couteau non stérilisés.

Les experts en santé affirment que les mutilations génitales féminines peuvent causer dans l’avenir des complications mortelles liées à l’accouchement. Dans certains cas, les filles peuvent saigner à mort ou mourir d’une infection.

Située en Afrique de l’Est, la Somalie enregistre le taux le plus élevé de mutilation génitale au monde. Selon l’ONU, 98% des femmes âgée de 15 à 49 ans ont été soumises au rituel.

La constitution de la Somalie interdit les mutilations génitales féminines, mais les efforts visant à adopter des lois qui punissent les délinquants ont été entravées par les parlementaires qui ont peur de perdre les votes des musulmanes, défenseurs principaux de la mutilation génitale féminine.

Les activistes estiment que beaucoup de travail doit être fait pour aider les gens à comprendre les effets néfastes de cette pratique.

« Les défenseurs de la mutation génitale avancent parfois l’idée absurde qu’elle n’a pas d’effets négatifs, ce qui est complètement faux », a déclaré Brendan Wynne de Donor Direct Action, un groupe international de femmes qui soutient des organisations caritatives locales.

« Nous n’avons plus de temps pour débattre sur les méfaits de la mutilation génitale et ce cas, comme beaucoup d’autres, le prouve. Les mutilations génitales ne prendront fin que lorsque les gouvernements adopteront une ligne dure et protégeront les filles », a-t-elle souligné.

Crédit photo : ibtimes

Somalie : Une gamine de 10 ans décède après une mutilation génitale

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport.
paulegaelle@afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici