RDC: Antonio Guterres appelle à la fin de l’interdiction de manifester

0
93

Par RFI

Antonio Guterres aimerait que Kinshasa mette fin à l'interdiction des manifestations publiques en RDC.
© REUTERS/Mike Segar

A quelques mois des élections en République démocratique du Congo – qui doivent se tenir le 23 décembre 2018 – le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres appelle le gouvernement de Joseph Kabila à « lever l'interdiction des manifestations publiques ». Une mesure qui, selon lui, libérerait l'espace politique et permettrait de rétablir la confiance dans la perspective de la tenue d'élections libres et inclusives.

Antonio Guterres devrait se rendre à Kinshasa dans le courant du mois de juillet mais il a déjà un message à faire passer au gouvernement Kabila : « Les divergences qui subsistent entre les différents acteurs politiques concernant le processus électoral et l'absence d'espace politique continuent de menacer la tenue d'élections crédibles et ouvertes à tous ». C’est ce que note le secrétaire général de l’ONU dans un rapport remis fin avril au conseil de sécurité des Nations Unies.

Il appelle donc Kinshasa à « lever l'interdiction des manifestations publiques », en place depuis septembre 2016, ce qui « aiderait grandement à ouvrir l'espace politique, en permettant au peuple congolais d'exercer librement ses droits politiques et civils ». En signe d'apaisement, le gouvernement congolais avait autorisé des manifestations de l'opposition ces dernières semaines.

Si l'ONU reconnait une certaine réduction du nombre de violations des droits civils et politiques, des marches prévues dans les grandes villes du pays fin mars et début avril ont été durement réprimées. Les manifestants font toujours l'objet de menaces, d'intimidations et d'interpellations. 86 d'entre eux sont toujours détenus en raison de leur affiliation politique.

« Des progrès […] sont indispensables pour apaiser les tensions politiques et créer un climat propice à la tenue d'élections crédibles, transparentes et ouvertes à tous » indique Antonio Guterres, qui souhaite notamment que tous les acteurs politiques soient traités sur un pied d'égalité et que le nombre de femmes candidates augmente.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici