RDC – André-Alain Atundu (MP) : « Les élections ne sont pas la fin du monde »

0
108

André-Alain Atundu Liongo, qui fut le patron du renseignement sous Mobutu, estime que la Majorité présidentielle (MP) n’a pas à rougir de son bilan et qu’elle est prête à affronter le verdict des urnes en décembre. Contrairement à l’opposition

Jeune Afrique : Le candidat du Front commun pour le Congo (FCC) à la présidentielle a été désigné in extremis, le 8 août. Pourquoi avoir autant fait durer le suspense ?

André-Alain Atundu : Question de stratégie politique ! Certains désignent leur candidat très tôt, d’autres très tard. C’est un exercice délicat, qui doit à la fois conforter la cohésion interne et entraîner l’adhésion du reste de la population. Avant de faire son choix, le président Joseph Kabila a donc consulté les différents groupements politiques du FCC, qui lui ont fait part de leurs propositions. Le chef de l’État a ensuite désigné le candidat susceptible de défendre le mieux son bilan et les intérêts de la République.

Joseph Kabila entend continuer à exercer son leadership pour que son œuvre puisse se poursuivre

Certains voient dans le choix d’Emmanuel Ramazani Shadary une manœuvre du président Kabila pour conserver le pouvoir en coulisses…

Nous sommes transparents. Il suffit de lire la charte de la Majorité présidentielle pour constater que ses signataires ont pour ambition d’accompagner Joseph Kabila dans la réalisation de sa vision pour le pays. Même chose pour le FCC, dont les membres se sont engagés à soutenir un seul candidat, sous l’autorité morale du président de la République. Joseph Kabila n’est pas au bout de son rouleau existentiel, si je puis le formuler ainsi, et il entend continuer à exercer son leadership pour que son œuvre puisse se poursuivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici