Ramadan en Tunisie: la restriction d’ouverture de cafés crée la polémique

0
105

Par RFI

Des Tunisiens achètent du pain, dans un marché de Tunisie, au premier jour du mois de ramadan, le 17 mai 2018.
© FETHI BELAID / AFP

En Tunisie des voix s'élèvent pour réclamer le droit de ne pas jeûner pendant le mois de ramadan. Le ministre de l'Intérieur s'est pourtant montré intransigeant face à cette mobilisation citoyenne.

La législation tunisienne n'encadre pas la pratique du jeûne durant ramadan.
Mais la multiplication des contrôles entérine de fait l'interdiction de boire, fumer ou manger en public du lever au coucher du soleil. L'an dernier, cinq personnes ont été emprisonnées pour avoir publiquement enfreint le jeûne. Une députée a demandé au ministre de l'Intérieur d'expliquer l'origine de la fermeture des cafés pendant ce mois saint.

La réponse du ministre, pourtant datée de novembre, a fait les gros titres ces derniers jours, car il affirme s'appuyer sur une circulaire de 1981 afin d'éviter les rassemblements provocateurs qui augmenteraient les risques d'attentats. Tout en assurant qu'il n'y aurait pas de poursuite contre les cafés ouverts discrètement.

Une trentaine d'associations dont la Ligue des droits de l'homme a publié mardi une lettre appelant à l'ouverture des cafés pendant le ramadan, prônant la protection des libertés individuelles. Elles s'appuient sur l'article 6 de la récente Constitution tunisienne qui garantit la liberté de conscience, de croyance.

Ce vendredi, le ministre de l'Intérieur a cette fois réaffirmé que la minorité non pratiquante devait respecter les croyances de la majorité. Pendant ce temps, la petite minorité, surtout active et présente en milieu urbain, s'organise derrière le hashtag #Fater.

Des non-jeûneurs partagent des idées ou des informations sur les lieux ouverts pendant le ramadan. Et ils sont nombreux, ces cafés dont les vitrines recouvertes de papiers journaux cachent des clients tranquillement installés sirotant un direct ou un expresso. Une manifestation contre l'obligation de jeûner est prévue dimanche prochain au coeur de la capitale.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici