Présidentielle au Mali : ils rêvent tous du Palais de Koulouba…

0
277

Vingt-quatre candidats vont concourir à la présidentielle du 29 juillet au Mali, mais seuls quelques-uns sont en mesure de battre le président sortant Ibrahim Boubacar Keïta. Qui sont-ils ? Quels sont leurs fiefs ? Quelles alliances ont-ils nouées ? Éléments de réponse.


Ils en sont tous convaincus : cette fois, Ibrahim Boubacar Keïta ne pourra pas gagner. Et encore moins dès le premier tour, comme certains des partisans du président sortant aiment à le pronostiquer. Pour étayer leurs prédictions d’alternance, les opposants avancent tous les mêmes arguments, dont le premier est qu’IBK ne jouit plus de l’image positive qu’il avait en 2013, lorsqu’il était perçu comme un homme d’expérience capable de redresser un pays en lambeaux.

Il a désormais un bilan à assumer qui est jugé négatif par une partie de ses compatriotes. Ensuite, parce qu’il ne dispose plus des soutiens qui l’avaient aidé à conquérir le pouvoir il y a cinq ans. Le putschiste Amadou Haya Sanogo et sa junte ne sont plus aux affaires. Les influents chefs religieux, qui avaient appelé à voter pour lui lors de la dernière présidentielle, ont pris leurs distances. Enfin, François Hollande, réputé proche d’IBK, a quitté l’Élysée en 2017 et, dans la sous-région, plusieurs voisins sont de plus en plus préoccupés par la détérioration de la situation sécuritaire au Mali.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici