Opposition en RDC : un pour tous, tous pour un

0
96

Rêvant d’en découdre avec Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, sept leaders de l’opposition ont décidé d’unir leurs forces et de se choisir un candidat unique pour la présidentielle du 23 décembre. Reste à savoir qui portera le flambeau.


Il est des jours où le hasard décide de vous donner un joli coup de pouce. Félix Tshisekedi, 55 ans, en a plusieurs fois fait l’expérience. Son entourage se garde bien de s’en réjouir publiquement, mais, ces dernières semaines, l’exil forcé de Moïse Katumbi et la disqualification de Jean-Pierre Bemba pour l’élection présidentielle du 23 décembre ont plutôt rendu service au chef de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS).

Et voilà que le sort s’en est de nouveau mêlé, le 29 septembre à Kinshasa, lors de ce qui fut le premier grand meeting de l’opposition congolaise réunie. Ce jour-là, Félix Tshisekedi est le dernier à s’exprimer devant les milliers de personnes rassemblées sur le boulevard Triomphal, à côté du stade des Martyrs.

L’enjeu est crucial : qui sera le plus à même de l’emporter face à Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila ?

« Une simple affaire d’ordre alphabétique », minimisent certains de ses détracteurs, mais qui permet à Félix Tshisekedi de faire le show : Bemba et Katumbi ne sont pas là et n’interviennent que par vidéoconférence. Martin Fayulu, Vital Kamerhe, Freddy Matungulu et Adolphe Muzito ont déjà pris la parole.

Quand vient enfin son tour, après s’être fait attendre et désirer à son arrivée, le fils du Sphinx de Limete enfile le costume de candidat unique de l’opposition. La foule l’acclame. Et tant pis si les tractations sont encore en cours. « Tout a été pensé, calculé pour que la manifestation ressemble à un plébiscite en sa faveur », rouspète le lieutenant d’un autre candidat encore en lice.


>>> À LIRE – Présidentielle en RDC : les ténors de l’opposition évoquent la « désignation irréversible » d’un candidat commun


Entre ces sept leaders de l’opposition (à Kinshasa, d’aucuns les surnomment les « L7 »), le match a déjà commencé. Les uns et les autres se jaugent, tentent d’évaluer le rapport de force – « amical », précise l’un d’eux, amusé.

Mais l’enjeu est crucial : qui sera le plus à même de l’emporter face à Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin de Joseph Kabila, le président sortant ? Sur les sept, quatre sont encore candidats : Tshisekedi, donc, mais aussi l’ancien président de l’Assemblée nationale Vital Kamerhe, ainsi que Martin Fayulu et Freddy Matungulu. Bemba, mais aussi l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito, ont été recalés. En exil forcé depuis deux ans, Katumbi n’a, lui, pas pu retourner en RD Congo pour déposer son dossier de candidature.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici