Mines : Tamagot Bumi et Bumi Mauritanie condamnées à verser 3,3 millions d’euros à Nouakchott

0
87

L’industrie extractive représente 30 % du PIB de la Mauritanie. © Olivier/JA

Condamnées par le tribunal arbitral de la Banque mondiale (Cirdi), les deux sociétés actives dans le minerai de fer, qui attaquaient l’État mauritanien, devront verser 3,3 millions d’euros à Nouakchott.


Le 27 juillet, le Cirdi (tribunal arbitral de la Banque mondiale), présidé dans cette affaire par Raëd Fathallah, a tranché le litige opposant Tamagot Bumi et Bumi Mauritanie à l’État mauritanien : ces deux sociétés réclamaient 130 millions de dollars à Nouakchott, qui, en 2013, leur avait retiré leur permis d’exploitation de la mine de Tamagot (ouest).

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici