Maurice Guikahué : « Le combat du PDCI n’est plus celle d’une candidature mais la victoire en 2020 »

0
99

En 2020, la Côte d’Ivoire pourrait connaître un changement sur le plan gouvernemental. En effet, les Ivoiriens se préparent, car dans deux ans, ils devront aller aux urnes pour voter un nouveau président à la tête du pays.

En prélude à cette importante phase, on observe plusieurs inconstances et critiques au niveau des partis politiques.

Tous les débats courtisent l’année 2020. Le samedi 18 aout, deux cadres du PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire) ont ouvertement porté des critiques à l’endroit du RDR (Rassemblement des Républicains).

C’était lors de la cérémonie d’hommage au président du RDR, Henri Konan Bédié à Gagnoa.

Jean-Louis Billon et Maurice Kacou Guikahué se sont lâchés. « Il est mieux d’appartenir à un parti qui sait où il va que d’appartenir à un parti ambigüe. Le PDCI ne retournera pas dans l’accord politique. Nous sommes PDCI et nous resterons PDCI. Le temps des sacrifices est terminé. Le PDCI reprend son destin en main. Le PDCI ne cédera jamais à l’adversité. C’est inutile de menacer et de penser que le PDCI cédera », a indiqué Jean-Louis Billon.

Jean louis Billon pour sa part, a rassuré les cardes du PDCI dans l’administration publique. « Chers cadres du PDCI dans l’administration, vos souffrances prendront fin en 2020″, a promis ce proche de Bédié.

Maurice Guikahué s’est voulu clair sur les intentions du PDCI pour 2020.

« Le FPI nous a envoyé 300 jeunes pour nous accompagner. Le combat s’intensifie au moment où le PDCI travaille pour son retour en 2020. Le combat du PDCI n’est plus celle d’une candidature mais la victoire en 2020 ».

Emeraude ASSAH

Maurice Guikahué : « Le combat du PDCI n’est plus celle d’une candidature mais la victoire en 2020 »

Hello, Emeraude ASSAH, retrouvez mes actualités en politique, société etc… Mes centres d’intérêts  sont la culture, la lecture,les voyages et autres. La priorité pour moi c’est Dieu, ma famille et mon travail.

+225 89686134

emeraudeassah@Afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici