Mali: la presse dénonce les violences à son égard

0
129

Par RFI

Des partisans de l'opposant Etienne Fakara Sissoko lors d'une manifestation à Bamako, le 2 juin 2018 (photo d'illustration).
© Michele CATTANI / AFP

Lundi, des journalistes ont organisé une conférence de presse pour dénoncer les violences policières dont certains d’entre eux avaient été victimes samedi dernier 2 juin alors qu’ils couvraient une manifestation de l’opposition. Et alors qu’ils étaient rassemblés dans la Maison de la presse que les journalistes – près d’une centaine – ont à nouveau été pris à partie par des jeunes et ont été injuriés. Pour Makan Koné, directeur de publication d’un journal malien, à 2 mois des élections cela devient difficile de couvrir des marches de l’opposition sans y être associés. Il interpelle le gouvernement sur ces incidents.

Il y a des jeunes, actifs sur les réseaux sociaux, qui se disent proches du pouvoir et qui sont venus. Nous on a pris cela comme de la provocation… Makan Koné 05-06-2018 – Par Alexandra Brangeon

L’Union européenne a appelé lundi soir « au respect de la liberté d'expression » après la dispersion d'une manifestation organisée par l'opposition ce week-end qui a fait plusieurs blessés. « Les manifestations doivent se dérouler de manière pacifique, et tous les acteurs, y compris les forces de l'ordre, sont appelés à faire preuve de retenue », a déclaré un porte-parole de l'Union européenne dans un communiqué.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici