Madagascar: quel parti politique désignera le Premier ministre?

0
74

Par RFI

Le Palais de l’Assemblée nationale à Madagascar.
© Site internet officiel de l'Assemblée nationale

Cinq jours après les décisions de la Haute Cour constitutionnelle, le dénouement de la crise politique reste incertain. La nomination d'un nouveau Premier ministre par le président de la République est attendu par les différents partis, qui semblent avoir laissé tomber la perspective d'un accord politique. D'après la Constitution, c'est le parti majoritaire à l'Assemblée nationale qui propose un Premier ministre. Problème : le Mapar, parti d'Andry Rajoelina, ancien président de la Transition et le HVM, parti présidentielle affirment d'un côté comme de l'autre détenir la majorité à l'Assemblée nationale.

Lors des élections législatives il y a quatre ans, c'est le Mapar qui a obtenu le plus de sièges à l'Assemblée nationale. Mais depuis, nombreux sont les députés a avoir changé de camp en cours de mandat. Certains sont désormais sous l'étiquette HVM, le parti présidentiel. D'autres sont restés sous la bannière Mapar mais sont favorables au régime. Le parti présidentiel dispose donc aujourd'hui d'une majorité. Mais cette majorité n'est pas issue des urnes. D'ailleurs, le HVM n'existait pas au moment des législatives.

C'est l'argument qu'utilise le Mapar et ses 49 élus à l'Assemblée pour disqualifier le parti au pouvoir. « Il appartient à notre parti l'exclusivité de proposer le nom du Premier ministre », indique la députée Christine Razanamahasoa.

La juriste Sahondra Rabenarivo nuance ce propos. D'après elle, c'est bien le Mapar qui peut présenter un Premier ministre mais en concertation avec d'autres partis pour avoir une majorité absolue. Elle explique que la Haute Cour constitutionnelle met en avant un avis rendu en février 2014 qui apporte des précisions à la Constitution.

Cet avis indique que « la notion de majorité pour la présentation du Premier ministre ne saurait résulter d’une coalition post-électorale de partis mais plutôt d’un constat issu des résultats définitifs proclamés par la Cour électorale spéciale. »

En clair, ce sont les résultats issus des élections législatives de 2014 qu'il faut prendre en compte. Moment où le Mapar était majoritaire.

Par ailleurs, les députés de l'opposition ont indiqué qu'ils déposeraient ce mardi 29 mai une requête en déchéance à la Haute Cour constitutionnelle pour les députés ayant changé de parti en cours de mandat. L'opposition met en avant l'article 72 de la Constitution malgache qui dispose qu'un député ne peut pas changer de groupe politique pour adhérer à un autre groupe sous peine de déchéance.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici