Législatives au Rwanda : vers une nouvelle majorité FPR

0
72

Les Rwandais se rendent aux urnes lundi 3 septembre pour les quatrièmes élections législatives depuis la fin du génocide. Sauf immense surprise, le FPR, majoritaire depuis 2003, devrait conserver sa mainmise sur le Parlement, où l’opposition tente de se frayer un chemin.


Au pied des collines verdoyantes de Rusororo, dans l’est de Kigali, les motos coiffées des drapeaux rouge, blanc, bleu du Front patriotique rwandais (FPR) vrombissent en ce début d’après-midi pluvieux. Avant-veille de fin de campagne pour les législatives, l’heure est à la fête pour les centaines de militants du Front patriotique rwandais présents ce 30 août pour le dernier meeting du parti dans la capitale. « En votant FPR, vous faites le choix d’une bonne gouvernance, le meilleur est à venir », assure le candidat Théoneste Karenzi. Une large scène, un groupe, des danseurs, un écran… même pour ce « petit rassemblement », comme le définit un officiel présent, les grands moyens ont été déployés à l’occasion de cette élection sans réel suspense.

Coalition élargie

Lundi 3 septembre au matin, 7,1 millions d’électeurs sont attendus aux urnes pour élire leurs représentants à la chambre basse du Parlement. 80 sièges sont à pouvoir dont 53 soumis aux votes des électeurs. Les 27 autres seront attribués par quotas à l’issue de consultations dans divers comités : 24 pour des femmes (soit 30%, comme exigé par la Constitution), deux pour représenter la jeunesse, un pour représenter les personnes handicapées. Le scrutin s’étale sur trois jours. La diaspora a voté le 2 septembre et les quotas seront désignés le 4 septembre.

537 candidats répartis sur les différentes listes se disputeront les places. Un système politique particulier où les électeurs ne se prononcent pas pour des représentants à l’échelle locale, mais votent pour des listes de partis. Le nombre de sièges attribués se fait alors sur la base proportionnelle : un minimum de 5% des voix, correspondant à l’octroi de 3 sièges, est requis pour intégrer le Parlement. La Constitution de 2003 exige par ailleurs que le président du Parlement soit issu d’un parti différent que celui du chef de l’État.

Le FPR se présente cette année avec une coalition élargie par rapport à celle de 2013 et composée de six autres partis : l’Union démocratique du peuple rwandais (UDPR), le Parti socialiste rwandais (PSR), le Parti pour le progrès et la concorde (PPC), le Parti démocrate centriste (PDC), le Parti de la solidarité et du progrès (PSP) et le Parti démocrate idéal (PDI). Sauf immense surprise, le parti du président Paul Kagame, qui détenait avec sa coalition 41 sièges au Parlement, devrait conserver sa majorité, comme c’est le cas depuis 2003 et la mise en place d’une nouvelle Constitution.

Un Parlement pluripartite, mais pro-FPR

Un scénario inverse semble peu probable tant la machine FPR écrase le jeu politique en termes de moyens financiers et humains, le parti présentant la liste avec le plus grand nombre de candidats. « Le FPR a les moyens de quadriller le territoire et de mobiliser », explique Agnes Mukabaranga, présidente du Parti démocrate ccentriste (PDC) et candidate de la coalition. Face au rassemblement du FPR se présentent quatre autres formations dont trois ont clôturé leur campagne samedi 1er septembre dans la capitale rwandaise.

Sur un terrain vague du quartier de Nyamirambo, quelques centaines de militants du Parti libéral (PL) arborant le t-shirt vert et jaune étaient venus soutenir les candidats menés par la cheffe de file du PL, Donatille Mukabalisa, présidente du dernier Parlement. « La personnalité de Paul Kagame fait consensus au sein du parti et nous adhérons aux idées du FPR, mais en tant que parti nous avons aussi des propositions que nous souhaitons porter », défend Joseph Gumuyire, candidat du PL.

À quelques kilomètres de là, même ambiance du côté du Parti social-démocrate (PSD). Réunis sur le parking du camp Kigali, derrière le luxueux hôtel Serena, les poids lourds du parti sont présents comme le ministre de l’Environnement et président de la formation Vincent Biruta, mais aussi le secrétaire d’État au ministère des Affaires étrangères Olivier Nduhungirehe. « On espère faire encore mieux qu’à la dernière élection », glisse ce dernier entre deux discours.

Le PL et le PSD sont les deux autres partis présents au Parlement avec la coalition FPR et occupent respectivement 5 et 7 sièges. Mais, pour autant, ces derniers ne peuvent être considérés comme une force d’opposition, les deux partis étant historiquement proches du FPR et ayant appelé à voter pour Paul Kagame lors de la dernière présidentielle en août 2017.

« Tous les autres partis parlent la même langue »

Si le parti au pouvoir défend un modèle « où le dialogue et le consensus priment sur les intérêts du FPR », comme l’explique Gasamagera Wellars, porte-parole de la formation présidée par Paul Kagame, il est souvent accusé de cadenasser l’espace politique et visé pour son traitement de l’opposition. Le cas de l’ancienne candidate à la présidentielle Diane Rwigara, actuellement emprisonnée et dont les biens ont été mis aux enchères dans l’attente de son procès, est un exemple récent de ces critiques.

Dans une configuration où tous les partis siégeant au dernier Parlement soutenaient la politique nationale du FPR, l’opposition, elle, tente péniblement de se frayer un chemin.

Outre le PS Imberakuri, qui connaît des divisions internes et n’avait remporté aucun siège lors du dernier scrutin, un autre parti tentera de se faire une place dans le futur Parlement.

Créé en 2009 mais officiellement autorisé en 2013, le Parti vert démocratique du Rwanda (DGPR) de Frank Habineza, candidat à la dernière présidentielle d’août 2017 face à Paul Kagame (il n’avait réuni que 0,47% des voix), se présente pour la première fois aux législatives.

« On est la seule réelle alternative. Tous les autres partis parlent la même langue, c’est ça la vraie nature de ce Parlement. Le PL et le PSD sont des membres informels de la coalition du FPR », explique-t-il depuis son QG de campagne dans le bruyant quartier de Kimironko. « Avant, nos meetings étaient toujours perturbés par des supporters du parti au pouvoir venus faire du zèle. Nos militants étaient régulièrement intimidés. On peut faire campagne à peu près normalement désormais mais ce n’est pas facile face à une machine comme celle du FPR. Les gens ont peur de soutenir l’opposition », poursuit-il.

Les premiers résultats sont attendus dans la soirée du 3 septembre, mais ne seront officialisés qu’en début de semaine prochaine.


Les femmes, piliers du Parlement

Lors des dernières législatives en 2013, le Parlement rwandais s’était offert un record mondial flatteur, celui du plus grand nombre de femmes siégeant comme députés avec 64% des représentants à la chambre. Cette année encore, les femmes comptent pour 61% des candidates. « Après le génocide les femmes étaient bien plus nombreuses que les hommes, mais les mentalités ont mis du temps à s’adapter à notre présence en politique », estime Agnes Mukabaranga, candidate PDC de la coalition.

Mardi 4 septembre, 24 sièges seront attribués à l’issue de consultations à l’échelle des provinces, coordonnées par le Conseil national des femmes (NWC). Ce quota correspond aux 30% prévus dans la Constitution de 2003. 179 candidates postulent cette année. Au sein du Parlement, le Forum rwandais des femmes au Parlement, créé en 1996 par les huit premières femmes siégeant dans l’institution pendant la transition, agit pour coordonner le partenariat avec le reste des parlementaires. « Ce chiffre est prometteur, mais à l’échelle des gouvernements des districts nous ne sommes pas encore au niveau espéré », tempère Jeannette Bayisenge, présidente du NWC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici