L’Afrique divisée sur la question de l’ambassade américaine à Jérusalem

0
106

Par RFI

La nouvelle ambassade américaine en Israël ouvre ses portes ce lundi 14 mai 2018 à Jérusalem.
© REUTERS/Ronen Zvulun/File Photo

La nouvelle ambassade américaine en Israël ouvre ses portes ce lundi à Jérusalem, ce qui revient à reconnaitre cette ville comme capitale de l’Etat hébreu. C'était une promesse de campagne du président américain Donald Trump. Une inauguration sous haute tension. De nombreux pays ont décliné l'invitation. Au total, 32 délégations seront présentes à Jérusalem dont 12 délégations africaines.

Le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem n’en finit pas de diviser, y compris le continent africain. Seule une douzaine de pays africains ont répondu positivement à l’invitation américaine. Sans surprise, il s’agit de pays considérés comme alliés de Washington tels que le Rwanda, l’Ouganda ou le Soudan du Sud. Des pays qui en décembre dernier s’étaient toutefois abstenus lors du vote des Nations Unies condamnant la reconnaissance par Washington de Jérusalem comme capitale d'Israël.

A l’époque, sur les 193 pays membres de l’ONU, seuls neuf pays avaient apporté leur soutien à Washington et 35 s’étaient abstenus. Le président américain Donald Trump avait menacé de couper les fonds aux pays tentés de voter contre la décision américaine. « Nous prenons note de ces votes », avait-il lancé, dénonçant « tous ces pays qui prennent notre argent et ensuite votent contre nous au Conseil de sécurité ». Exemple le Soudan du Sud, qui a reçu plus de 700 millions de dollars d’aide au développement de Washington en 2016, s’est abstenu lors du vote aux Nations unies.

A noter qu’à l’époque, le Togo avait été le seul pays africain à soutenir la décision américaine. Un soutien lié aux relations entre le Togo et Israël. Le Togo est le deuxième partenaire commercial d’Israël sur le continent africain.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici