La Gambie met en vente les avions et les voitures de Jammeh

0
115

Des avions personnels du président Yahya Jammeh sur le tarmac de l'aéroport Yundum de Banjul.Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Des avions personnels du président Yahya Jammeh sur le tarmac de l’aéroport Yundum.

Au total, trois avions présidentiels, 30 voitures de luxe et 4 terrains en zone touristique ayant appartenus à l’ancien président gambien Yahya Jammeh, sont mis en vente.

Les trois avions de ligne, un Boeing 727, un Bombardier Challenger 601 et un Iliouchine Il-62 M soviétique sont immobilisés sur le tarmac de l’aéroport de Banjul, la capitale gambienne, ainsi que deux petits avions épandeurs ayant appartenus à Yahya Jammeh.

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Des véhicules de luxe empoissiérés, ici une Rolls-Royce, dans le parking du palais à Banjul.

Ces aéronefs auraient été acquis grâce à des prêts consentis par la “Social Security and Housing Finance Corporation”, une institution publique chargée d’administrer des fonds destinés au financement de la sécurité sociale.

Deux Hammer blindés, cinq Rolls-Royce, une Mini-Cooper, une Bentley, des Pickup, des BMW et des Mercedes croupissent dans le garage de la présidence à Banjul.

Image caption

Les repose-têtes des sièges de la Rolls-Royce du président Jammeh à l’aéroport de Banjul.

Abubacarr Tambadou, le ministre de la justice, a déclaré à l’AFP que ces propriétés acquises avec de “l’argent public appartiennent de droit à l’Etat”.

Les comptes de l’ancien président, soupçonné d’avoir détourné plus de 50 millions de dollars (environ 42 millions d’euros), ont été gelés.

Copyright de l’image
Getty Images

Image caption

Un Boeing 727 et deux petits avions épandeurs ayant appartenus à Jammeh.

Le gouvernement avait déjà procédé en début d’année à la vente du bétail qui se trouvait dans les fermes de Yahya Jammeh à Kanilai, son village natal.

Lire aussi :

Les autorités envisagent également de créer un site web pour vendre en ligne les biens de l’ancien chef de l’Etat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici