La crainte des purges politiques au sein du pouvoir au Congo-Brazzaville

0
159

Par RFI

Vue extérieure du Palais du parlement du Congo-Brazzaville
© assemblee-nationale.cg

Au Congo-Brazzaville, le général Norbert Dabira a décidé de ne pas faire appel de sa condamnation à cinq ans de prison. Il avait été condamné samedi soir pour atteinte à la sûreté intérieure de l'Etat. Une accusation qu'il a toujours niée. Il est le deuxième officier, ancien proche du président Sassou-Nguesso, à être visé par la justice, après le général Mokoko, condamné début mai à 20 ans de prison. Et un troisième procès doit maintenant commencer, celui de l'ancien ministre Jean-Martin Mbemba. Cette succession de procès inquiète Roch Eloge Nzogo, coordonnateur du Cercle des droits de l'homme et du développement.

Nous pensons que le Congo a encore du chemin à faire pour se retrouver vraiment dans un Etat de droit. Roch Eloge Nzogo, coordonnateur du Cercle des droits de l'homme et du développement 21-05-2018 – Par Anne Cantener

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici