Kenya : Des élèves subissent des tests obligatoires de dépistage de mutilations génitales

0
36

Les filles de l’ouest du Kenya qui retournent à l’école après les vacances de Noël subissent des tests obligatoires de dépistage de mutilations génitales afin de lutter contre cette pratique illégale et nuisible, a déclaré vendredi un haut responsable du gouvernement.

Il a révélé qu’elles subissent également un test de grossesse: « Nous avons les taux les plus élevés de grossesse chez les adolescentes de tout le pays, et les mutilations génitales sont répandues dans certaines communautés de Narok, mais il est difficile de détecter ces cas car ils sont tous clandestins et secrets », a déclaré George Natembeya, commissaire du comté de Narok, à Thompson Reuters Foundation.

Depuis la reprise des cours jeudi à Narok, les filles âgées de 9 à 17 ans sont soumises à des tests de grossesse et examinées pour les mutilations génitales par des professionnels de la santé formés dans les écoles et cliniques locales, a expliqué M. Natembeya.

Il a ajouté que les tests étaient réalisés parce que de nombreuses filles sont forcées de subir des mutilations génitales féminines pendant les congés de Noël, et qu’il s’en suit généralement des grossesses

« Les tests nous aideront à mieux soutenir les filles qui doivent souvent cacher leurs grossesses et leurs complications de santé après avoir subi une mutilation génitale. Nous pourrons aussi poursuivre les hommes qui les souillent ainsi que leurs parents qui les forcent à subir ces pratiques horribles. »

Les filles auront l’autorisation de rentrer chez elles si elles sont enceintes et leur admission à l’école après l’accouchement sera garantie, a-t-il noté, ajoutant que celles qui ont subi des mutilations génitales recevront des conseils et des soins médicaux.

Les tests ont suscité l’indignation des groupes de défense des droits des femmes qui ont déclaré que les tests obligatoires étaient dégradants et qu’ils allaient encore plus victimiser et traumatiser les filles.

« Les efforts déployés par le commissaire du comté de Narok pour lutter contre les mutilations génitales dans le passé méritent d’être salués, mais ce n’est pas la bonne voie. C’est humiliant et c’est une violation du droit des filles à la dignité et à la vie privée », a déclaré Felister Gitonga du groupe de campagne « Egalité Maintenant ».

Les mutilations génitales, qui impliquent généralement l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes, sont répandues dans certaines régions d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient. Elles sont considérées comme nécessaires pour l’acceptation sociale et l’amélioration des perspectives de mariage d’une fille.

Elles sont habituellement effectuées avec des lames ou des couteaux non stérilisés et, dans certains cas, les filles peuvent saigner à mort ou mourir d’infections. Elles peuvent également causer des affections douloureuses à vie comme la fistule et des complications fatales pendant l’accouchement.

Le Kenya a officiellement criminalisé ces pratiques en 2011. Selon les Nations Unies, une femme et une jeune fille kényanes sur cinq âgées de 15 à 49 ans ont subi une mutilation génitale.

Crédit photo : howafrica

 

 

Kenya : Des élèves subissent des tests obligatoires de dépistage de mutilations génitales

Bonjour, Gaelle Kamdem est une rédactrice chez Afrikmag. Passionnée de la communication et des langues, ma devise est : « travail, patience et honnêteté ». Je suis une amoureuse des voyages, de la lecture et du sport.
paulegaelle@afrikmag.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici