Infrastructures : le nouveau visage de l’ivoirien PFO

0
104

Le groupe de BTP, sous la houlette de Clyde Fakhoury, fils de son fondateur, mise sur ses partenariats avec le français Veolia et le belge Besix pour poursuivre sa diversification.


Après le père, le fils. Si l’architecte Pierre Fakhoury s’est fait un nom lorsqu’il a construit l’impressionnante basilique Notre-Dame-de-la-Paix à Yamoussoukro, inaugurée par le pape Jean Paul II en 1990, Clyde commence à se faire un prénom en Côte d’Ivoire en donnant une nouvelle dimension aux affaires familiales.

En septembre, le groupe ivoirien PFO, dont il a progressivement pris la direction opérationnelle à partir de 2011, a officialisé le rapprochement, entamé discrètement il y a trois ans, avec le français Veolia. L’entreprise confirme sa stratégie de diversification en s’ouvrant à de nouveaux métiers dans les domaines de l’eau, de l’environnement et de la gestion des déchets. Du côté de Veolia, on ne tarit pas d’éloges sur la qualité de cette collaboration : « PFO va nous faire gagner des années grâce à sa connaissance du pays. C’est un partenaire fiable et compétent », commente Patrice Fonlladosa, PDG de Veolia Afrique et Moyen-Orient.

Mon objectif est de bâtir un groupe qui puisse à la fois construire, faire de la promotion – notamment immobilière – et être concessionnaire

Ensemble, les deux partenaires construiront dans le nord de l’agglomération abidjanaise une usine d’eau potable d’une capacité de 240 000 m3 par jour approvisionnée à partir de la rivière La Mé. Ce projet de 140 milliards de F CFA (213 millions d’euros) permettra d’alimenter les deux grandes communes de Yopougon et d’Abobo, qui concentrent la moitié des 5 millions d’habitants de la capitale économique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici