Génocide rwandais: la justice française relaxe définitivement l’abbé Wenceslas

0
107

Par RFI

Le prêtre Wenceslas Munyeshyaka lors d'un office à Evreux, le 29 janvier 2006.
© AFP PHOTO / ROBERT FRANCOIS

L'enquête avait commencé il y a vingt ans et le point final vient d’être décidé par la justice française ce jeudi. L’abbé rwandais Wenceslas Munyeshyaka ne sera jamais jugé pour son rôle présumé dans le génocide rwandais en 1994.

A 59 ans, ce Rwandais, prêtre à Gisors en Normandie, était soupçonné de complicité de génocide par une dizaine de parties civiles. A l’époque des faits, il était vicaire à la paroisse de la Sainte-Famille à Kigali durant le génocide de 1994. Cet édifice religieux servait de lieu de refuge. Et le prêtre Wenceslas était soupçonné d’avoir livré des Tutsis aux miliciens hutus Interahamwe.

Réfugié en France en 1995, le père Wenceslas avait fait l’objet d’une plainte avec constitution de parties civiles dès juillet 1995. Après de multiples rebondissements, les juges lui ont donc accordé un non-lieu définitif en estimant que sa passivité face au massacre au Rwanda ne pouvait suffire à ordonner son renvoi devant la cour d’assises pour génocide.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici