Gabon: Moukagni Iwangou au gouvernement, la pilule ne passe pas pour le parti

0
128

Par RFI

L'opposant Jean de Dieu Moukagni Iwangou, ici le 7 mai à son arrivée au palais présidentiel, a été nommé ministre de l'Enseignement supérieur.
© STEVE JORDAN / AFP

L'entrée au gouvernement le 4 mai dernier de leur président, Jean de Dieu Moukagni Iwangou en qualité de ministre d'Etat est inacceptable pour trois cadres du parti l'opposition Union et Solidarité qui ont décidé de démissionner. Il s'agit du troisième et quatrième vice-président et de la présidente du Mouvement des jeunes.

Les démissionnaires n'ont jamais accepté l'entrée au gouvernement du président de leur parti. Pour eux, Jean de Dieu Moukagni Iwangou a violé le règlement intérieur et trahi la ligne politique du parti dont l'objectif est de détruire le régime des Bongo.

Ils ont d'abord porté plainte au tribunal pour obtenir la destitution du président. La justice a jugé la procédure irrecevable. « Nous n'avons pas voulu nous enfermer dans une procédure judiciaire interminable et inutile », a expliqué le troisième vice-président, Ange Kevin Nzigou, chef de file des démissionnaires.

« Politiquement, nous n'avons plus rien à faire ensemble », a résumé pour sa part Elza Ritchuelle Boukandou, présidente du Mouvement des jeunes.

« Toutes les séparations sont toujours difficiles, quelque soient les raisons. Ce sont des camarades qui ont beaucoup oeuvré pour la vie du parti. Ils ont tiré les conséquences de leurs actes. Nous prenons acte de leur décision », a déclaré Parfait Kombila, le secrétaire général du parti joint par RFI.

Les démissionnaires ont annoncé la création de leur parti baptisé Pour le Changement.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici