Gabon : anciens opposants au pouvoir, du déjà-vu ?

0
85

Avant David Mbadinga, Michel Menga et Moukagni Iwangou, d’autres opposants avaient déjà été nommés à des postes prestigieux durant ce septennat. Avec des résultats contrastés.


René Ndemezo’o Obiang, passé du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) à l’opposition en 2015, a accepté la présidence, discrète, du Conseil économique et social en août 2017. À la même date, un adversaire d’Ali Bongo Ondimba à la présidentielle de 2016, Pierre-Claver Maganga Moussavou, patron du Parti social-démocrate, est devenu vice-président du Gabon. Il subit aujourd’hui les foudres de l’opposition, qui lui reproche son « opportunisme ».

Ex-vice-présidente de l’Union nationale (UN, opposition), Estelle Ondo trace sa route en faisant moins de vagues. Le 23 juillet, elle a été promue ministre de l’Industrie et de l’Entreprenariat national après être passée par l’Économie forestière, les Transports et l’Égalité des chances. Candidate indépendante aux législatives à Oyem, elle pourrait être soutenue par le PDG. Un parcours sans histoires, à l’inverse de celui d’autres transfuges, comme Bruno Ben Moubamba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici