Enfants séparés de leurs parents migrants: la polémique enfle aux Etats-Unis

0
93

Par RFI

Des migrants d'Amérique centrale et leurs enfants sont arrêtés le 12 juin 2018 près de McAllen au Texas.
© JOHN MOORE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Le président américain doit participer ce mardi 19 juin à une table ronde sur l’immigration. Donald Trump souhaite que le Congrès vote au plus vite une loi qui prévoit la construction d’un mur à la frontière et d’autres mesures qui restreindront l’accès au territoire américain, et ce alors que la polémique enfle sur la politique de séparation des enfants de migrants de leurs parents, mise en place par l’administration au mois d’avril. La Maison Blanche se défausse sur le Congrès et estime qu’en jetant en prison les parents de ces jeunes enfants, elle ne fait qu’appliquer la loi. Les images de très jeunes enfants en larmes et appelant leurs parents ont commencé à circuler ce week-end et suscitent l’indignation, y compris au sein du parti républicain.

Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

Des pleurs d’enfants de migrants séparés de leurs parents par la police américaine, c’est ce qu’ont pu enregistrer en cachette des journalistes qui ont pu entrer dans les centres d’accueil alors qu’ils n’avaient pas le droit de filmer ou d’enregistrer quoique ce soit. Le sort de ces enfants émeut jusque dans les rangs du parti républicain. La sénatrice Susan Collins demande que l’administration mette un terme immédiat à cette politique. « Cela va contre les valeurs américaines de séparer ces enfants de leurs parents, sauf quand il y a des preuves de maltraitances ou de très sérieuses raisons », lance-t-elle.

C’est depuis que le ministre de la Justice a mis en place sa politique tolérance zéro en avril, que les familles sont séparées. Donald Trump assure que c’est le résultat d’une loi votée par les démocrates. Le président se dit même sensible au sort de ces enfants.

BREAKING: Border Patrol @CBP just gave us this video of the detention facility we toured yesterday in McAllen, Texas. We weren't allowed to bring in cameras, or interview anyone. To be clear: this is government handout video. pic.twitter.com/Zjy80qIZFZ

David Begnaud (@DavidBegnaud) 18 juin 2018

« Si les démocrates s’asseyaient au lieu de faire de l’obstruction, on pourrait agir très rapidement, affirme Donald Trump. On pourrait mettre un terme à la séparation des familles, on est coincés avec ces lois horribles. Ce sont des lois horribles. Ce qui se passe est tellement triste, tellement triste… »

La secrétaire à la Sécurité intérieure l’a pour sa part certifié, aucun enfant n’est maltraité dans ces centres d’accueil. Kirstjen Nielson a expliqué que les parents qui franchissent illégalement la frontière sont considérés comme des criminels, et risquent la prison, qu’ils soient accompagnés de jeunes enfants ou pas. Comme la Maison Blanche, la secrétaire à la sécurité intérieure estime que c’est au Congrès d’agir.

Dire que ces enfants sont traités de manière inhumaine est faux. Les parents qui entrent illégalement sur notre territoire sont par définition des criminels. L'entrée illégale est un crime, comme l'a défini le Congrès. En entrant illégalement sur le territoire dans des conditions dangereuses ces migrants mettent leurs enfants en danger. Kirstjen Nielsen, secrétaire américaine à la Sécurité intérieure 19-06-2018 – Par RFI

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici