[Édito] La jeunesse marocaine, génération sacrifiée ?

0
103

Au Maroc, il y a toujours eu une volonté d’impliquer davantage les jeunes dans le processus de prise de décision, mais ses effets n’ont pas été ressentis.


Conservatrice et moderne ; engagée et insouciante ; libre et opprimée ; mondialisée et renfermée ; dorée et désargentée… Au royaume des mille et une contradictions, tous les qualificatifs, mais aussi leurs antonymes, seraient valables pour décrire la situation de la jeunesse.

Une tranche d’âge (les 15-34 ans) qui représente un tiers de la population, selon le dernier recensement, et un trésor, selon tous les observateurs, conscients que le principal avantage compétitif d’une économie marocaine dépourvue de ressources naturelles réside dans sa force de travail et repose donc sur l’énergie, ainsi que sur les compétences, de la population. Mais cette jeunesse est aussi perçue comme un gâchis, tant les occasions de faire d’elle un véritable moteur de développement ont été manquées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici