Côte d’Ivoire : Soro, toujours sur le qui-vive

0
71

En 2007, son Fokker 100 avait été visé par des tirs sur le tarmac de Bouaké. © KAMBOU SIA/AFP

Plus que jamais persuadé que sa vie est en danger, Guillaume Soro a révisé ses habitudes.

Il évite désormais de dîner à l’extérieur de chez lui, redoutant des tentatives d’empoisonnement. Lui qui ne se déplace qu’en convoi de 4×4 blindés et entouré d’hommes lourdement armés a également revu la composition de sa garde rapprochée. Elle est désormais composée exclusivement d’hommes de la Garde républicaine originaire de Bouaké, la capitale de l’ancienne rébellion, en lesquels l’ancien chef des Forces nouvelles a toute confiance. Son entourage affirme en effet qu’il y a six mois un soldat avait été missionné pour infiltrer son dispositif et l’éliminer.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n’êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d’aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l’ensemble des articles sur le site et l’application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l’application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d’archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l’offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.


Lire les autres articles du dossier

«Côte d’Ivoire : Guillaume Soro, l’ambigu»

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici