Côte d’Ivoire : « Henri Konan Bédié ne fera pas marche arrière »

0
108

Sociologue et analyste politique, Fahiraman Rodrigue Koné, membre de l’African Security Sector Network revient pour Jeune Afrique sur les principaux enjeux des élections locales qui se tiennent en Côte d’Ivoire le 13 octobre.


Jeune Afrique : Henri Konan Bédié pourrait-il reconsidérer sa position sur le parti unifié si le PDCI perdait du terrain le 13 octobre?

Fahiraman Rodrigue Koné : Je ne pense pas. Certes, ceux qui, au sein du PDCI, sont partisans du RHDP, pourraient reprendre du poil de la bête. Mais Henri Konan Bédié semble déterminé, et il a le soutien du noyau dur de son parti et de son électorat. En outre, le PDCI veut vraiment revenir au pouvoir. Il n’a donc pas d’autre choix que d’affronter le RDR.

Certaines élites du RDR ont des pratiques très dirigistes qui rappellent l’époque du parti unique et qui ont verrouillé l’espace politique

Les semaines qui ont précédé les élections ont été dures. Certains candidats indépendants ou étiquetés PDCI ont subi de fortes pressions…

De fait, le pouvoir fait tout pour diviser et fragiliser ses opposants. Il mobilise toutes les ressources disponibles, y compris juridiques. En juin, la justice ne s’est-elle pas prononcée sur la validité d’un bureau politique du PDCI ? Plus généralement, depuis 2010, certaines élites du RDR ont des pratiques très dirigistes qui rappellent l’époque du parti unique et qui ont verrouillé l’espace politique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici