Congo: début du procès du général Norbert Dabira devant la cour criminelle

0
88

Par RFI

Le général congolais Norbert Dabira (d), en 2005, lors du procès sur l'affaire des «disparus du Beach» à Brazzaville, lors duquel il avait été acquitté.
© AFP / GG Kitina

L'ancien inspecteur des Forces armées congolaises (FAC), le général Norbert Dabira, s'est présenté mardi devant la chambre criminelle de la cour d'appel de Brazzaville. Accusé d'atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat, il a plaidé non coupable et affirmé être à la barre à cause d'un mensonge. La première journée d'audience a été essentiellement consacrée à une enquête sur sa moralité.

Habillé d'une chemise bleu clair manches courtes et d'un pantalon bleu marine, le général Norbert Dabira a fait son entrée dans la salle d'audience visiblement détendu. Il a dû attendre plus d'une heure avant d'être appelé à la barre où il a plaidé non coupable des faits d'atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat qui pèsent sur lui. Sa défense a ensuite soulevé une exception concernant son immunité juridictionnelle tirée d'un décret de 2001 qui l'a élevé au rang de dignitaire de la République.

Après débats entre les différentes parties, la cour a rejeté cette exception. Peu avant l'enquête de moralité de l'accusé, qui a dit être à la barre à cause d'un mensonge, ses quatre avocats ont exigé que les scellés du dossier soient présentés.
Cette démarche a été jugée prématurée aussi bien par le ministère public que par la cour. C'est mercredi que les parties vont entrer dans le fond du dossier.

Le témoin cité par l'accusation, le général Nianga Ngatsé Mbouala, ancien commandant de la Garde républicaine, s'est présenté dans la salle. Il a été prié par la cour de se retirer pour attendre la confrontation.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici