Condamnation du général Mokoko: des opposants dénoncent une justice à 2 vitesses

0
126

Par RFI

Le général Jean-Michel Mokoko, opposant à Denis Sassou-Nguesso et ancien candidat à la présidentielle, a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour «atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat».
© Getty Images/ Romilly Lockyer

Au Congo-Brazzaville, les réactions se poursuivent, en ce début de semaine, après le verdict du procès Mokoko. Le général Jean-Michel Mokoko, opposant à Denis Sassou-Nguesso et ancien candidat à la présidentielle, a été condamné vendredi à 20 ans de prison pour « atteinte à la sécurité intérieure de l'Etat ». Le procès Mokoko est le premier d'une série à venir puisque d'autres opposants attendent aujourd'hui d'être jugés. Pour Clément Mierassa, président du Parti social-démocrate congolais et coordonnateur du Mouvement citoyen de l'ordre constitutionnel, la justice congolaise fonctionne à deux vitesses.

Nous connaissons une situation de deux poids deux mesures. Clément Mierassa, président du Parti social-démocrate congolais et coordonnateur du Mouvement citoyen de l'ordre constitutionnel 14-05-2018 – Par Gaëlle Laleix

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici