Centrafrique : le service d’ordre d’Abdou Karim Meckassoua fait polémique

0
83

Le principal groupe d’autodéfense du quartier musulman du PK5, dont le chef est recherché par la police et par la Minusca, a assuré la sécurité d’un meeting organisé par Abdou Karim Meckassoua, à Bangui, aux côtés des Casques bleus. Une présence qui embarrasse la mission de l’ONU et le gouvernement.


À Bangui, c’est l’homme le plus recherché du moment. Dimanche 28 octobre, il est pourtant apparu, lourdement armé, dans le service d’ordre d’Abdou Karim Meckassoua. En première ligne, sur une moto, loin devant le cortège du président sortant de l’Assemblée nationale, qui s’apprêtait à tenir un meeting, Nimery Matar Djamous, alias «Force», brandissait sa kalachnikov, des lunettes noires vissées sur le nez.

En avril dernier, des casques bleus de la Minusca et des éléments des forces de sécurité centrafricaines avaient lancé une opération contre Force et son groupe d’autodéfense dans le quartier musulman du PK5. La mission de l’ONU en Centrafrique lui reprochait d’alimenter le désordre dans ce quartier sensible de Bangui, mais aussi d’organiser un racket contre les commerçants musulmans en échange de la « sécurité » du quartier, qu’il revendiquait d’assurer avec son groupe d’autodéfense.


>>> À LIRE – Centrafrique : Karim Meckassoua destitué de la présidence de l’Assemblée nationale


L’opération, au terme de laquelle Force était parvenu à s’échapper, avait fait plusieurs morts, abouti à la destruction du principal commissariat de police du quartier  et plongé Bangui dans de nouveaux troubles intercommunautaires. Depuis, l’homme se fait discret et limite ses déplacements à son fief, où la présence des forces de l’ordre est rendue impossible par les groupes d’autodéfense, qui contrôlent la zone.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici