Cameroun: le gouvernement reconnaît des exactions sur un milicien séparatiste

0
50

Par RFI

Des soldats du Bataillon d'intervention rapide, le 17 novembre 2017 à Bamenda, au Cameroun anglophone, lors des obsèques de quatre de leurs collègues (photo d'illustration).
© AFP

Le gouvernement camerounais a reconnu mardi 15 mai des exactions sur un milicien séparatiste, après son arrestation par les forces de défense en zone anglophone. Une vidéo particulièrement violente tournée au moment de son interpellation a fuité sur les réseaux sociaux. Le ministre de la Défense, qui s'est exprimé par voie de communiqué pour condamner cet usage abusif de la violence, a par ailleurs annoncé l'ouverture d'une enquête à ce propos.

La vidéo dont il est question présente un homme couché sur le ventre dans la boue, les mains nouées dans le dos par des menottes. Il est moqué par des gendarmes sur son titre de général de l’Ambazonie.

S’en suivent des actes de torture à la machette. L'homme est frappé à plusieurs reprises sur la plante des pieds avec le côté plat de cette machette, pendant que d’autres gendarmes le maintiennent couché à la base des cuisses à l’aide d’une chaise.

Indignation

La vidéo est rapidement devenue virale sur les réseaux sociaux, suscitant de nombreux commentaires indignés. Le ministre de la Défense, dans son communiqué, a indiqué que la personne violentée a été arrêtée le 12 mai et était recherchée pour des actes de violence contre les populations et l’assassinat de forces de défense et de sécurité.

Il a admis – fait inédit – que les gendarmes, dans le cadre de cette interpellation, « sont sortis des normes et techniques et légales en pareilles circonstances ». Il a également ajouté qu’une enquête a été ouverte pour identifier et le cas échéant sanctionner les auteurs de ces agissements contraires au respect des droits humains.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici