Cameroun anglophone: les Etats-Unis dénoncent des exactions dans les deux camps

0
240

Par RFI

Soldats du Bataillon d'intervention rapide, le 17 novembre 2017 à Bamenda, dans le Cameroun anglophone, lors des obsèques de quatre de leurs collègues (photo d'illustration).
© AFP

L'ambassade des Etats-Unis au Cameroun accuse ouvertement le gouvernement de Yaoundé « d'assassinats ciblés » dans les provinces anglophones. Elle dénonce aussi la mort de gendarmes tués par les séparatistes. Des mots très forts qui se trouvent dans un communiqué officiel de l'ambassade publié après une rencontre entre le représentant américain et le président Paul Biya.

« Des assassinats ciblés, des détentions sans accès à un soutien juridique, à la famille ou à la Croix-Rouge, des incendies et pillages de villages », voici la liste, dressée par l'ambassadeur américain, des exactions commises par le gouvernement camerounais. Les séparatistes anglophones ne sont pas en reste. Peter Henry Barlerin les accuse aussi d'avoir tué des gendarmes, enlevé des fonctionnaires ou encore incendié des écoles.

« Le dialogue est définitivement rompu », conclut l'ambassadeur qui estime que « les deux parties se sont engagées dans une rhétorique qui déshumanise la partie adverse ». Les Etats-Unis appellent donc le président Biya à s'investir de nouveau pour que les discussions reprennent. Aujourd'hui, le conflit avec les provinces anglophones de l'ouest du pays a tué au moins 120 civils et plus de 40 membres des forces de sécurité.

L'ambassadeur en a profité pour conseiller au président Biya d'envisager de réfléchir à son futur. A l'approche de l'élection présidentielle, Peter Barlerin a suggéré que le président camerounais s'inspire de George Washington ou de Nelson Mandela. « Le président devrait penser à son héritage », a-t-il conclu. Une manière élégante de suggérer de renoncer un nouveau mandat pour ce président en poste depuis plus de 35 ans.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici