Boxe: Très mauvaise nouvelle pour le champion Olympique Tony Yoka

0
112

C’est une très mauvaise nouvelle pour le boxeur Tony Yoka. Le champion Olympique de Rio 2016 est en train de vivre sans doute l’un des moments les plus difficiles de sa carrière. A en croire nos confrères de Canal +, le jeune boxeur vient d’être suspendu de toutes les compétitions de boxe pour douze mois.

Ce spécialiste de la boxe poids lourd a été suspendu en raison d’une infraction avérée concernant les règles d’antidopage. Le compagnon d’Estelle Mossely ne se serait pas soumis aux quatre derniers contrôles antidopage. Une conduite suspecte qui lui a valu une suspension d’une année. Pourtant Tony Yoka visait déjà la médaille d’Or.

C’est l’avocat de Tony Yoka,  Me Arnaud Péricard qui a annoncé la mauvaise nouvelle en indiquant par ailleurs qu’il compte faire appel. « sanctionné sévèrement ce qu’elle reconnaître n’être qu’une négligence administrative », a déclaré l’avocat devant la presse. Le boxeur français devra encore attendre en ce qui concerne son projet de remporter la médaille d’Or.

Boxe: Très mauvaise nouvelle pour le champion Olympique Tony Yoka

Notons par ailleurs que ce n’est pas la première fois que Tony Yako écope d’une suspension. Le boxeur avait déjà été suspendu pour des faits similaires en décembre pour une année avec sursis pour des faits similaires. Tony Yoka a tout de même tenu à faire une précision « Ce n’était pas une affaire de dopage » a-t-il rappelé.

Pour nos confrères de 20 minutes, cette lourde sanction pourrait remettre en cause le contrat en or que Canal+ avait signé avec Tony Yoka il y a quelques mois. Le boxeur et le groupe Canal+ sont liés jusqu’en 2020. Le 18 janvier 2017, le boxeur a signé un contrat d’exclusivité de quatre ans avec le groupe Canal, avec comme objectif de devenir le premier champion du monde poids lourd français. Une aventure audacieuse que Tony Yoka et Canal+ avaient conjointement surnommée »La Conquête« .

Boxe: Très mauvaise nouvelle pour le champion Olympique Tony Yoka

Publicité

 

crédit photo: Libération

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici