Banque : pourquoi NSIA ne panique pas malgré des résultats décevants

0
69

Alors que le groupe ivoirien de bancassurance connaît une sévère baisse de régime, son fondateur, Jean Kacou Diagou, revient sur le devant de la scène. Il assure que la gouvernance a été renforcée et défend sa stratégie.


L’année 2018 aurait dû être triomphale pour NSIA. Les douze mois précédents, l’entreprise fondée en 1995 par Jean Kacou Diagou (JKD) avait franchi à une vitesse folle plusieurs étapes clés dans son ambition de devenir un véritable groupe de bancassurance. En novembre 2017, sous la houlette de sa directrice générale, Janine Kacou Diagou, le groupe a racheté pour 61 millions d’euros les actifs francophones du nigérian Diamond Bank. Cette opération l’a propulsé au sixième rang dans la zone Umoa, avec 5,5 % du marché, devant Coris Bank, Oragroup et BNP Paribas.

Quatre mois auparavant, sa principale filiale, NSIA Banque Côte d’Ivoire, avait sonné la place d’Abidjan en mobilisant 36 milliards de F CFA (54,9 millions d’euros) en quelques heures pour son introduction en Bourse. À la mi-mai, le géant Swiss Re avait déboursé 100 millions d’euros pour acquérir un peu moins de 30 % de Manzi Finances, holding de la famille Diagou. Ce dernier détient deux tiers de NSIA Participations, maison mère de 29 sociétés de banques, d’assurances, de finance et de technologie. Plus récemment, en juillet 2018, le groupe a décroché un accord inédit avec le français Orange pour fournir des services financiers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici