Arabie saoudite : l’affaire Khashoggi compromettra-t-elle l’accession au trône de MBS ?

0
85

La vague mondiale d’indignation suscitée par la disparition, mardi 2 octobre à Istanbul, du journaliste Jamal Khashoggi, pourrait coûter à Mohamed Ben Salman (MBS) son poste de prince héritier, et déclencher une crise politique en Arabie Saoudite. Analyse.


Alors que le royaume wahhabite continue de démentir l’assassinat présumé du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, les détails effroyables sur sa disparition se multiplient, de nombreuses fuites alimentant chaque jour les médias.

L’éditorialiste du Washington Post est introuvable depuis qu’il s’est rendu au consulat d’Arabie Saoudite à Istanbul, il y a plus de deux semaines, pour des démarches administratives en vue de son mariage avec une ressortissante turque. L’incident a provoqué un début de crise diplomatique, mais aussi interne, dont les implications sont encore inconnues.


>>> À LIRE – Boycott du « Davos du désert » : simple effet d’annonce ou réelle menace ?


Si l’hypothèse d’une rupture diplomatique immédiate entre l’Arabie Saoudite et ses alliés n’est pas envisageable – « je veux juste savoir ce qu’il se passe », a déclaré Donald Trump, assurant que la vérité éclaterait « d’ici la fin de la semaine » – , la scène politique du royaume, dominée depuis plus d’un an par le puissant prince héritier Mohamed Ben Salman (MBS), pourrait connaître des changements.

Comme l’a révélé ce jeudi au Figaro une source diplomatique, le Comité des sages de la famille régnante saoudienne s’est retrouvé dans la plus grande discrétion. Ce conseil réunit les plus puissants membres de la famille royale, qui tiennent les rênes du pays. Jusqu’à il y a encore quelques mois, le trône d’Arabie Saoudite était promis à MBS. L’affaire Khashoggi pourrait changer la donne.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici