Antonio Guterres à Sévaré pour parler lutte contre le terrorisme et élections

0
134

Par RFI

Antonio Guterres à son arrivé à Sévaré, dans le centre du Mali, le 30 mai 2018.
© SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP

Antonio Guterres s’est déplacé ce mercredi 30 mai à Sévaré, dans le centre du Mali, au deuxième jour de sa visite dans le pays. Hier, il s’est dit « fier d'être le collègue des casques bleus » à qui il a rendu hommage, à l'occasion de la journée internationale des casques bleus.

Avec notre envoyé spécial à Sévaré,

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres est arrivé à Sévaré, à 600 kilomètres au nord de Bamako, ce mercredi. Il y a rencontré les responsables du quartier général de la force G5 Sahel, cette force que les cinq pays du Sahel forment pour lutter contre le terrorisme.

Allé directement au quartier général de cette force, il y a discuté, échangé avec les responsables. D’après nos informations, Antonio Guterres a parlé surtout d’un projet de collaboration entre les forces G5 et les casques bleus.

Avec cette question : comment mieux articuler la lutte contre le terrorisme sur le terrain, mais également de l’autre côté, comment aider les populations ? En effet, pour Guterres, pour lutter contre le terrorisme, il faut, certes, le volet sécuritaire, mais aussi le volet développement.

Accords d'Alger et « élections transparentes »

L’ancien homme politique portugais doit rencontrer, toujours à Sévaré, au QG de la Minusma, les forces vives de la région. C’est-à-dire des jeunes, des associations de femmes, des leaders communautaires, mais également les leaders religieux, pour délivrer trois messages.

D’abord l’application de l’accord d’Alger – c’est très important pour lui -, si on veut sortir de la crise il faut appliquer l’accord d’Alger, affirme Guterres. Ensuite, il parle des élections. Les élections au Mali, prévues en juillet prochain, « sont des élections importantes ». « Il faut que ce soit des élections transparentes, c’est très important pour le renforcement de la démocratie », a-t-il insisté devant la presse.

Le secrétaire général des Nations unies devait ensuite se rendre à la mosquée de Mopti, à 15 kilomètres de Sévaré, pour se présenter aux autorités religieuses. Des salutations accompagnées de condoléances, après la mort d'un imam.

Article original

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici