Accord entre Peuls et Dogons au Mali : « Tout le monde ne veut pas la paix »

0
56

L’accord de paix signé le 28 août entre Peuls et Dogons dans le centre du Mali, une région en proie à des affrontements communautaires, est déjà rejeté par certains des acteurs de la crise. Mais pour Abdel Kader Sidibé, chef de mission du Centre pour le dialogue humanitaire, cela ne remet pas en cause les avancées dans le cercle de Koro.


Fin août, 34 chefs de villages des communautés Peules et Dogons du cercle de Koro (dans la région de Mopti) ont signé un accord pour mettre fin aux violences dans le centre du Mali. Elles ont causé des centaines de morts depuis juin 2017 et fait de nombreux déplacés. L’accord, obtenu suite à une médiation du Centre pour le dialogue humanitaire, énumère sur une dizaine de pages les causes des tensions et conflits.

« Les parties s’accordent à dire que la violence intercommunautaire dans le cercle de Koro est le résultat des éléments suivants : attaques et pillages répétitifs de villages par des individus armés, assassinats ciblés de personnalités influentes, vols massifs de bétails, embargos sur certains villages, points d’eau, foires hebdomadaires, absence de l’État et des forces de défense et de sécurité dans la plupart des localités du cercle de Koro… », peut-on lire dans ce document, qui énumère également des solutions pour rétablir la paix et une meilleure répartition des ressources.

Mais, à peine signé, cet accord est déjà remis en question de part et d’autre, faisant peser des doutes sur sa mise en place effective. Abdel Kader Sidibé, chef de mission de l’ONG à qui a oeuvré à la signature de cet accord, revient pour Jeune Afrique sur les motifs de blocages, la situation sécuritaire et ses espoirs de voir les conflits se résorber.

Jeune Afrique : L’accord de paix entre les communautés Peule et Dogon du cercle de Koro, signé fin août, est déjà remis en question de part et d’autre. Pourquoi ?

Abdel Kader Sidibé : La paix est une œuvre qui prend du temps. Nous sommes également dans un contexte où tout le monde ne veut pas la paix. Et lorsque l’on regarde de plus près, on s’aperçoit que ceux qui remettent en cause l’accord ne sont pas à Koro. Le président de Tabital Pulaaku [l’une des principales associations de la communauté peule au Mali, ndlr], Abdoul Aziz Diallo, a déclaré sur RFI ne pas avoir été associé aux négociations, alors qu’il se trouve à Bamako.

Nous avons impliqué le président régional de Tabital Pulaaku. Ce dernier était présent le jour de la signature de l’accord, à Sévaré. Il a pris la parole lors de la rencontre pour se féliciter de l’accord et a même prodigué des conseils. Pour nous, cela était suffisant. Mais si le président national s’estime lésé pour des questions d’égo, c’est son jugement et nous le respectons.

Qui sont ceux qui rejettent l’accord, côté Dogon ?

Du côté Dogon, il s’agit d’une aile militaire du groupe d’autodéfense communément appelé Da Na Amassagou. Cette branche dissidente est présidée par Youssouf Toloba, qui est originaire du cercle de Douentza. Au début du processus, il est l’un des premiers interlocuteurs  avec qui nous nous sommes entretenus. Mais pour des raisons qui lui sont propres, il a refusé d’y adhérer.

La question à son sujet a ensuite été posée le jour de la signature de l’accord. Deux leaders Dogons proches de lui l’ont contacté, séance tenante, afin de le convaincre de se joindre aux autres. Il leur a répondu qu’il saluait l’initiative et qu’il était de cœur avec ce qui serait décidé. Mais plus tard, il a fait diffuser un communiqué marquant son opposition à cet accord. Son intention était d’être au centre des discussions. Mais l’un de ses proches nous a récemment rapporté qu’il comptait bientôt nous saisir, car il est prêt à revenir à la table des négociations.

En quoi la signature de cet accord marque-t-elle une avancée, si plusieurs parties prenantes prennent leurs distances ? 

Il faut avant tout souligner l’originalité même de cet accord. C’est la première fois que les communautés décident d’elles-mêmes d’aller vers la paix. Habituellement ce sont des initiatives des ministères, qui viennent de l’extérieur.

C’est la dégradation de la situation sur le terrain qui a favorisé cette volonté des communautés locales. Étant donnée la durée de la crise, et ses conséquences sur les communautés, ces dernières réclament la paix. Elles le disent : c’est nous qui perdons nos hommes et nos biens, et la famine s’installe peu à peu dans la région. Tout le monde est touché d’une manière ou d’une autre par ce conflit. D’où l’urgence à en sortir.

Koro sera un test pour le reste du cercle

Un comité de suivi a été mis en place suite à la signature de l’accord. Quel est son rôle ? A-t-il déjà commencé à travailler ?

Depuis la signature, la semaine dernière, les cinq dogons membres du comité de suivi ont organisé une réunion de restitution à Koro. La rencontre était ouverte aux différentes communautés et aux chasseurs.

Les peuls ont, de leur côté, également fait des restitutions auprès des chefs de villages et des jeunes porteurs d’armes présents dans la zone. Certains membres du comité de suivi animeront une conférence de presse à Bamako, vendredi [7 septembre, ndlr], pour appeler tout le monde à soutenir l’accord.

Mardi [11 septembre], une réunion du comité est prévue pour faire le point. Elle sera aussi l’occasion de réfléchir sur la levée du blocus de la ville de Koro. Il faut souligner qu’il n’y a aucun peul dans la ville depuis mars 2018. Koro sera un test pour le reste du cercle.

L’autre point qui sera abordé est la levée des check-point mis en place par les chasseurs le long des voies Mopti-Koro et Ouahigouya-Koro. Le comité de suivi va également discuter de la question des déplacés et des garanties nécessaire de part et d’autres pour leur retour.

Cette initiative a-t-elle le soutien des autorités locales ?

Oui. Lorsque le gouverneur de la région a eu vent des discours de certaines personnes remettant en cause l’accord, il a fait un communiqué radiodiffusé pour mettre en garde toute personne ou groupe qui empêcherait sa mise en oeuvre. Le message a été largement diffusé dans tout le cercle. Il est aussi informé par le comité de suivi lorsque celui-ci constate une menace. C’est lui qui, à son tour, informe l’armée en vue d’une intervention.

Selon Tabital Pulaaku, au moins cinq civils auraient été tués par des hommes armés les 1er et 2 septembre, dans le centre du pays. N’est-ce pas là un signe supplémentaire que la paix est encore loin d’être acquise ?

Contrairement à ce qu’à dit le président de Tabital Pulaaku, depuis que l’accord a été signé, aucune balle n’a été tirée dans le cercle de Koro. Il fait un amalgame entre Koro et Djenné. C’est l’autre foyer préoccupant, auquel nous allons nous attaquer une fois que le processus à Koro sera réussi. D’ailleurs, dès la semaine prochaine, nous y prévoyons un rencontre intercommunautaire. Elle sera l’occasion de faire l’état de lieux de la situation sécuritaire dans le cercle, d’identifier les zones à problème et les acteurs susceptibles d’aider à la résolution du conflit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici